A QUOI SERT L’OSTEOPATHIE ?

  • Repérer l’histoire traumatique de votre corps et en comprendre les évolutions pathologiques
  • Lever les blocages accumulés dans la structure de votre squelette qui entrainent des restrictions douloureuses
  • Jouir pleinement de vos propres capacités de mobilité, et éviter les contraintes chroniques qui amènent les pathologies douloureuses et invalidantes.

L’ostéopathie rend votre corps disponible aux sollicitations du mouvement


QUE SIGNIFIE  : LEVER LES BLOCAGES ?

Votre mobilité répond à des lois précises de fonctionnement, on appelle cela la biomécanique. Le non respect de ces lois entraine des douleurs L’origine du «  non respect  » est d’abord mécanique  : Des blocages accumulés au fil des évènements de votre vie, chutes, chocs, accidents, contraintes répétitives…
Ces blocages peuvent être majorés par d’autres facteurs  : stress, fatigue, sur-sollicitations, mauvaises habitudes de postures…

A l’origine d’une douleur récurrente, il existe toujours un contexte mécanique précis.


COMMENT SE PASSE UNE CONSULTATION?

A partir de l’âge où nous marchons, et pour toute personne valide, le fonctionnement mécanique de notre corps répond aux mêmes lois pour tout le monde
Le premier temps de la consultation est rythmé par des tests extrêmement précis, non douloureux, passifs et actifs afin de  :

  • Comprendre comment se sont articulés les blocages qui entrainent votre plainte
  • Vous expliquer et montrer sur vous et sur un squelette en pieds ce que je diagnostique, ce que l’on va faire, dans quel ordre et ce que l’on peut en attendre.
  • Poser des indicateurs  : ce qui n’est pas mobile en début de séance et qui devra l’être en fin de séance

La consultation est dynamique et dure 1 heure. Vous devez avoir compris et senti pourquoi et comment votre symptomatique douloureuse s’est construite.


LES TECHNIQUES QUE J’EMPLOIE

Elles s’adressent à tout le monde quelque soit l’âge, la pathologie, la fonction exercée…
Elles sont essentiellement ligamentaires sur tout votre corps en fonction de la nécessité diagnostiquée
Les techniques sont essentiellement ligamentaires et articulaires, certaines pratiques sont réservées à la relaxation et au relâchement si le besoin s’en fait sentir

La liberté mécanique du corps est une condition indispensable à l’expression d’une bonne santé

ALLER A L’ORIGINE DU SYMPTOME

L’important n’est pas la manière dont le symptôme se manifeste, mais la contrainte d’origine qui va l’entrainer Nous sommes une entité neurologique abritée par une structure squelettique, fasciale et ligamentaire.
Plus cette structure protectrice est libre, plus la fonction neurologique qui commande tout notre fonctionnement, volontaire et involontaire peut s’exprimer correctement. Le parcours du maillage des nerfs doit être protégé, facilité en passant dans des tissus aussi libres que possible pour ne pas créer des irritations voire des compressions, donc des douleurs et des dysfonctionnements de tout ordre.

LA MANIPULATION

Manipuler  signifie agir avec la main
Il existe plusieurs type de manipulations  : articulaires, ligamentaires, fasciales, énergétiques, crâniennes, viscérales…

Pourquoi certaines manipulations sont plus fermes que d’autres  ?
Cela dépend de la nature du blocage et de l’objectif recherché. La levée des blocages mécaniques et articulaires est un préalable logique à tout autre travail de libération de la mobilité.

Comment un blocage de la structure musculo squelettique se crée et s’entretient  ?
C’est une zone cérébrale qui est à l’origine du maintien d’un blocage.
Lors d’une agression physique (chute, choc, mouvement d’inertie brutal…), le cerveau enregistre un danger et protège en retour la zone mise en difficulté par le traumatisme, en resserrant toute la structure ligamentaire autour de la cible, cela crée le blocage.

Que se passe t’il lors d’une manipulation ferme  ?
Manipuler une zone consiste à aller au maximum de la tension que l’on peut très précisément créer sur des ligaments resserrés. Le geste rapide qui suit cette mise en tension n’est qu’un signal de saturation envoyé au cerveau, afin qu’il relâche cette défense mise en place depuis souvent très longtemps, pour que la zone incriminée puisse retrouver son élasticité.
La manipulation n’est pas anodine. Elle doit impérativement être réalisée par un praticien autorisé à le faire. Elle doit être logique, respecter des préalables, et être très précisément réalisée. Elle doit toujours rester dans les limites de l’amplitude articulaire. Elle peut être inconfortable mais ne doit pas être douloureuse.

Les cervicales et les lombaires sont des segments d’adaptation. Ils ne sont jamais manipulés fermement, car leur blocage est toujours une conséquence et non une cause.

Osteopathie aix en Provence - Isabelle Pasquette